Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Oeil sur la Toile
  • L'Oeil sur la Toile
  • : Un regard analytique sur le cinéma
  • Contact

A l'affiche cette semaine

 





                                                                                                                                                                                     


" Qu'il  s'agisse de penser le devenir ou de l'exprimer, ou même de le percevoir, nous ne faisons guère autre chose qu'actionner une espèce de cinématographe intérieur. Le mécanisme de notre connaissance usuelle est de nature cinématographique." 

                             
                                   H. Bergson, l'Evolution créatrice.



                                                                                                                                                         

Recherche

remake

Archives

          
                                                                         Locations of visitors to this page

AFFICHES

19723554.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20110422_122734.jpg19730269.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20110504_110511.jpg19670948.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20110216_035134.jpg048202_af.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20020629_06063.jpg27528_107175599327496_6796_n.jpg19031357-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20081223 114811the19763370-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20110620 03019666375-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20110209 012242jackie_brown.jpgaffiche-the_big_lebowski_imagesfilm.jpgaffiche_Nom_de_la_rose_1986_1.jpgAffiche-grand-format---l-ancienne-raging_bull3.jpg19658171-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20110201 0317425867aaltra.jpgacid_house.jpgc_vous_fr-copie-1.jpgd19469229-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20100625 06580delicatessen_imagesfilm.jpgdiaboliques.jpgaffiche-coffee_and_cigarettes_imagesfilm-copie-1.jpgaffiche-down-by-law-1-medium-copie-1.jpgaffiche_sa_majeste_des_mouc_imagesphoto.jpgaffranchis.jpgA-l-est-d-eden.jpgete_kikujiro-copie-1.jpgdead-man.jpgDobermann.jpgelephant_man.jpgamerican_beauty.jpganglais.jpgA-nous-les-p-tites-anglaises.jpgapocalypse_now.jpgCube.jpgeternal_mind.jpgetrange-noel.jpgfahrenheit451.jpgfargo_imagesfilm.jpgfaux-semblants-copie-1.jpgAffiche.jpg18991610-r 120 x-f jpg-q x-20080929 06153619253896-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20100223 112134bandits.gifla_jetee-0.jpgUn-jour-sans-fin.jpgaffiche-le_roi_et_l_oiseau_tn.jpgc_est_arrive_demain-0.jpgl_arm_e_des_12_singes1_fichefilm_imagesfilm1.jpggangster.jpggangs_york-copie-1.jpgghost-dog.jpgGladiator.jpgGouttes-d-eau-sur-pierres-brulantes.jpghomme_plaines.jpghotel_plage-copie-1.jpgIl--tait-une-fois-dans-l-ouest.jpgI-m-a-cyborg.jpgarizona_dream.jpg18468834-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20060105 073159arnaque.jpgarnaques_botanique.jpgascenseur_echafaud.jpgasterix_cleopatre.jpgbabel.jpgbandits_bandits.jpgbarton_fink.jpgbatman-copie-1.jpgbatman_defi.jpgbeetlejuice.jpgbig_boss-0.jpgBirdbittersweet_life-copie-1.jpgblade_runner.jpgbronzes.jpgcasino-0.jpgcercle_rouge.jpgjudo2.jpgkill_vol1.jpgkill_volume2.jpgLa-Cit--de-dieu.jpglady_vengeance.jpgL-affiche-de-Hard-Candy.jpgl-affiche.jpgLa-guerre-du-feu.jpgla_haine-0.jpgLa-nuit-du-chasseur.jpglas_parano.jpgLa-Valse-des-pantins.jpgLe-3-me-Homme.jpgLe-bal-des-vampires.jpgle-bon--la-brute-et-le-truand.jpgle-boucher.jpgLe Chatle-cri.jpgLe-garde-du-corps.jpgLe-roi-et-le-clown.jpgLes-12-salopards.jpgles-seigneurs-de-la-route.jpgLes-Simpson.jpglittle-miss-sunshine.jpglune-froide.jpgMad-in-Jamaica.jpgmad_max.jpgmad_max2.jpgMean-street.jpgMemento.jpgmidnight_express.jpgnaked.jpgnoces-rouges.jpgNo Country for old mennous avons gagne ce soir,0o_brother.jpgold_boy.jpgparrain1.jpgparrain2.jpg18376629.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20040330_062653.jpgchateau-ambulant.jpgCollectorGoyokinP.jpgcoup_de_tete-bis.jpgpetits_amis.jpgPrintemps-copie-1.jpgpsychose.jpgpulp-fiction.jpgreservoir-dog.jpgrocky,0salaire_peur.jpgSaloseven.jpgSeven_Samurai_poster.jpgsilence_agneaux.jpgsinge_hiver.jpgsitcom-copie-1.jpgsnatch.jpgsonatine.jpgsueurs_froides-copie-1.jpgsugata_sanshiro_la_legende_du_grand_judo-0.jpgsurmeslevres.giftaxidermie.jpgtaxi_driver-copie-1.jpgtchao_pantin.jpgtemps_modernes_cinefr.jpgtraffic.jpgTRainspotting.jpgun_soleil.jpgu_turn.jpgvol-au-dessus-d-un-nid-de-coucou.jpgVolte-face.jpgVoyage-au-bout-de-l-enfer.jpgwestern.jpgwhen-we-were-kings.jpgcrash-copie-1.jpg032620_af.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20020627_05470.jpg18784292.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070710_121013.jpg18869530.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20070907_032856.jpg19163252.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20090903_045542.jpg19254753.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20100223_063804.jpg19748133.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20110526_034911.jpg69199504_af.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20020808_042.jpgaff.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20021210_054508.jpgaffiche2.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20021009_031942.jpgbasquiat.jpgArizona-junior.jpg18866819-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20070907 03062418869310-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20070907 032742impitoy.jpgAffiche.jpg19442716-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20100504 12451119138702-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20090710 051022

Bonjour à tous !


 

Bienvenue à tous les amoureux du 7ème art...

 

Ce blog se propose de porter un regard analytique sur le cinéma d’aujourd’hui et d’hier. Un coup d'œil également sur le parcours des dernières sorties Ciné et DVD. Ici, on décortique le film, on donne son avis, on parle de nos coups de cœur, etc.  N'hésitez pas à laisser vos commentaires.

 

Bonne lecture...

 

 



29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 12:05


undefined
Fiche technique :

  • Titre : Bird
  • Réalisation : Clint Eastwood
  • Scénario : Joel Oliansky
  • Interprétation  : Forest Whitaker, Diane Venora, Mickael Zelniker, Samuel E. Wright, Keith David, Damon Whitaker, Mickael Mc Guire.
  • Production : Clint Eastwood et David Valdes pour Warner Bros. Pictures
  • Musique : Charlie Parker et Lennie Niehaus
  • Photographie : Jack N. Green
  • Pays d'origine : États-Unis
  • Format : Couleurs - 1,85:1 - Dolby Digital - 35 mm
  • Genre : Drame musical
  • Durée : 02h43
  • Dates de sortie : 1er juin 1988 (Festival de Cannes, exploitation France), 30 septembre 1988 (États-Unis, Canada)

    
     Je l’avoue, le classicisme rigoureux qui caractérise les réalisations de Clint Eastwood a fini par me lasser. On peut même dire que je suis un peu resté en froid avec mon cow-boy préféré depuis Million Dollar Baby, inégal, pathétique et larmoyant. (Là, je ne vais pas me faire que des amis.) Néanmoins, entendu que j’ai beaucoup d’estime pour lui, j’ai (re)visionné un Clint, Bird, et là, surprise, la magie a subtilement opéré. La maîtrise, ça peut avoir du bon. J’avais déjà vu ce film il y a une bonne dizaine d’années et, franchement, je n’en conservais pas un souvenir impérissable : un sentiment de longueur et la belle prestation de Forest Whitaker, rien de plus. Il faut reconnaitre que 2h43, ça peut sembler long, surtout dans une constante obscurité (la trame du film se joue essentiellement la nuit, dans les clubs). Mais cette fois, le sentiment de longueur s’est mué en sentiment de lenteur, doux et mélodieux, et j’ai réellement apprécié ce biopic, genre cinématographique trop souvent passéiste, aujourd’hui marché extrêmement juteux pour les producteurs. (Last Days,Walk The Line, La Môme…).

    
    
     Il faut tout de suite préciser que Clint est un véritable amoureux de la musique et des musiciens. Selon lui, « Les Américains n’ont engendré que deux formes d’expression originale : le western et le jazz ». (Conférence de presse à Cannes, mai 1988). On retrouve pleinement cette assertion dans ses choix de réalisation. En outre, Bird n’était pas son premier essai en la matière. Six ans plus tôt, il réalisait HonkyTonk Man (1982), biopic devenu culte qui retrace le parcours du guitariste country alcoolique Red Stovall. Clint remettra ça en 2003 avec, non pas un biopic mais un documentaire didactique sur le blues, Piano Blues, (avec Ray Charles) qui atteste à nouveau de l’étendue de sa passion pour la musique. C’est pourquoi Bird n’est pas une création anecdotique et ne relève pas du simple caprice. Il s’agit même d’une suite logique : si HonkyTonk Man est la vision de la conquête musicale de l’Est américain, Bird est celle de la conquête musicale de l’Ouest. Il est alors tentant de qualifier ces deux films de westerns musicaux, l’un et l’autre mettant en scène les derniers souffles de pionniers en leur domaine (Charlie Parker est considéré comme l’instigateur du Be-bop).

     undefined
     Je place le dvd dans le lecteur. Les premières images apparaissent, un cheval, une charrette, un ranch, et je me dis « mince, je me suis trompé, j’ai pas mis le bon Clint… » Mais, non, les desperados ne donnent pas dans la flûte, d’ordinaire, et on découvre sur le cheval un gamin américain qui joue une mélodie et entame sa route, son chemin musical. Les plans suivants, elliptiques, nous montrent Charlie Parker adolescent, définitivement convertit au saxophone, puis adulte, déjà génial sur scène. La musique sonne, puissante. On dirait bien que Clint a parfaitement maîtrisé son introduction. Rapidement, le portrait de Charlie Parker est brossé : désorienté, tourmenté, brisé par la mort de sa petite fille, poursuivit par les démons de l’alcool et de la drogue, mais génial sans le moindre doute. Une vie que l’on devine éphémère : « L’oiseau du temps ne volera pas bien loin » (Parker dixit).  Autant le dire tout de suite, la prestation de Forest Whitaker dans le rôle du Yard Bird révèle toute l’étendue de son incommensurable talent. Ne serait-ce que pour sa composition, le film est une réussite. Whitaker magnétise le regard, occupe tout l’espace et décline à la perfection l’artiste, son génie et sa folie. A cet égard, il fut très justement récompensé du premier prix d’interprétation au festival de Cannes 1988. Reconnaissons-le, le casting d’ensemble du film est très bon : Sam Wright dans le rôle de Dizzy Gillespie, Diane Venora dans celui de Chan Parker et surtout Mickael Zelniker dans celui de Red Rodney. Tous sont justes. Voilà un bon point à mettre au crédit de Clint.

 

     undefinedDans ce casting, il convient selon moi d’y ajouter la musique elle-même. Dire qu’elle est un personnage majeur du film est un peu cliché mais ça ne me gène pas. Sans parvenir à égaler la profondeur et l’intensité de la trompette de Miles dans Ascenseur pour l’échafaud (mais est-ce possible ?), le saxo alto de Parker, omniprésent, est bien plus qu’une toile de fond et joue un excellent second rôle. [« Comment peut-on comprendre et aimer Parker si on n'a pas le temps de s'imprégner de sa musique ? Je déteste les prétendus films de jazz où il n'y a que deux mesures à la fin. Au milieu, les gens parlent, parlent. Ce n'est pas le cas dans Bird, je crois. Mais la musique, sans doute, pénètre en vous moins vite que les mots. », Clint Eastwood, Le Monde, (24 mai 1988)]. Concernant cette bande originale, les puristes ont émis le reproche légitime suivant : le son du Bird a été retravaillé en studio (en vérité, remixé à partir d’enregistrements préexistants) et cette faute de goût enlèverait au film une grande part de son authenticité. A titre personnel, je n’y ai entendu que du feu, ma modeste oreille d’amateur de jazz marquant ici ses limites. Quoiqu’on en dise, cette manipulation semble moins criarde que celle ayant, par exemple, permis à Val Kilmer de substituer sa voix à celle de  Jim Morrisson.

 

     La carrière de Charlie Parker pourrait se résumer dans le plan récurrent de la cymbale volante, véritable leitmotiv du film. Clint maîtrise, non de non. Cette cymbale, ovni qui traverse le champ, trop fulgurant pour être compris, un extraterrestre en visite, apparaît de façon régulière et quasi-subliminale. Sa chute aura lieu en un fracas, n’en doutons pas. Clint propose alors sa vision, son  fantasme, de ce que fut la brève carrière de cet oiseau tombé du nid. Je dis son fantasme car, au regard des témoignages et de l’histoire plus ou moins officielle du saxophoniste, il semblerait que Clint n’est pas voulu voir ou n’ait pas voulu montrer le point de vue glauque et sale qui accompagne toute descente aux enfers provoquée par le cocktail alcool-drogue. Les mauvais côtés de Parker sont atténués, euphémisés (Miles Davis décrit Charlie Parker comme un authentique clochard dans son autobiographie), et voilà enfin un point dans la colonne « contre » pour Clint : sa vision est romanesque, sur-la-route-de-madisonesque. L’histoire d’amour entre Charlie Parker et son épouse est très belle et émouvante diront certains, mais pour ma part un peu trop mièvre par rapport à ce que fut certainement leur union. Peut-être fut-elle belle, mais sous un angle qui a vraisemblablement échappé au réalisateur. On ne peut pas lui enlever ça, à Clint, même quand il fait son regard qui fait peur, il incarne éternellement « Le Bon », il a un cœur gros comme ça. (Voir la scène où Charlie Parker apparaît sur un cheval blanc pour jouer la sérénade sous les fenêtres de sa chère et tendre.)

 

     En outre, si Bird n’est pas fondamentalement un film à message, la vie même de Charlie Parker contient une problématique qui ne laisse pas Clint indifférent : qu’est-ce qui caractérise le génie artistique ? Nous l’avons dit, Charlie Parker oscille sous le regard du cinéaste entre folie et génie. Et il est évident que ces deux états sont intimement liés, inhérents l’un à l’autre. On peut douter que Charlie Parker est atteint ce degré de virtuosité sans sa déchirure et sa came. Manifestement, cet aspect a constitué un dilemme pour le réalisateur. Comment traiter un sujet essentiellement provocateur sans être provocateur ? Fidèle à lui-même, la folie restera douce sous la caméra romantique de Clint, alors même qu’elle mène tout droit le Bird vers une fin sordide et prématurée. (Parker est décédé à 34 ans). Le contenu est agressif mais Clint filme tout cela en bon père de famille (sept enfants tout de même). L’autodestruction est restituée en charentaises, avec beaucoup de pudeur, comme on peut le constater dans le passage du film où, à son grand désarroi, Charlie Parker découvre que son ami Red Rodney se drogue lui aussi. « Si tu veux jouer comme le Bird, il faut te shooter comme le Bird, c’est ça qu’t’imagines ? ». Le Parker de Clint renie lui-même ce qu’il est, il ne faut pas l’imiter, un peu comme les avertissements au bas des paquets de cigarettes. Encore cette foutue sagesse. La conduite du fou n’est jamais exemplaire, les œuvres du génie le sont, elles, nécessairement. Le problème, c’est qu’il est parfois impossible de les dissocier. Chez Charlie Parker, et à l’instar de moult génies en son genre, sa folie autant que sa musique, ont construit sa légende. Quant à savoir ce qui fascine Clint dans ces personnages autodestructeurs et malsains, finalement aux antipodes de sa propre image, cela reste un mystère qui quelque part me rassure.


undefined      
     Mais attention, Clint regagne automatiquement des points avec la structure de sa narration : propre, comme toujours, elle n’est toutefois pas linéaire. En adéquation avec le personnage, la chronologie de l’histoire nous est présentée dans le désordre et la confusion, alternant les flashs-back à différents moments de sa carrière. A ce propos, je me suis demandé pendant tout le film comment les maquilleurs avaient réussi le tour de force spectaculaire de rajeunir F. Whitaker à ce point, dans les séquences où C. Parker apparait lorsqu’il n’a que seize ans (les effets spéciaux de 1988 n’auraient pas pu offrir un tel résultat). La réponse est livrée dans le générique de fin : l’ingénieux Clint a fait tourner le petit frère de Forest, Damon Whitaker. Pour en revenir à la narration, fluide et inspirée, qui monte et descend, nous surprend sans cesse et nous entraîne sans effort, Monsieur Eastwood écrit une partition sans faille tout à fait à l’image de ce que fut la musique du Bird. Une géniale distorsion du temps et de l’espace, une improvisation virtuose débarrassée de toute contrainte. (Be-bop). Un vrai régal pour les sens. Ici, la forme rejoint pleinement le fond et constitue l’une des grandes réussites du film. Celui-ci apparait donc comme paradoxal, à la fois très classique dans ses plans sombres très années 50, mais en même temps relativement moderne dans sa construction ; le calme dans le tumulte.

     Au final, pour rester objectif, le Bird de Clint est un excellent métrage, (le pour l’emporte largement sur le contre). Certes le film n’est pas sans défaut mais il demeure à mon sens un must dans le domaine des biopics musicaux. A découvrir ou redécouvrir, que l’on soit amateur de jazz ou non.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 06/05/2008 11:44

C'est ma maman qui m'avait conseillé le film quand il est sorti (et pourtant elle n'était pas spécialement férue de Charlie Parker). Elle est retournée le voir avec moi et je me rappelle magnifique avec un Forest Whitaker remarquable (c'est grâce à ce film que sa carrière a "décollé"). Je ne l'ai pas revu depuis mais l'ayant en DVD, il faudrait que je le revois. Et comme toi, Million Dollar Baby ou Créance de sang ne sont pas mes préférés d'Eastwood.

Shin 06/03/2008 00:43

Bonsoir,

Amusante coïncidence, je me disais justement ce matin qu'il fallait que je vois ce film du grand Clint. Une fois l'affront réparé, j'en parlerai plus en détails...

Amicalement,

Shin.

helene 03/03/2008 12:23

Tu me diras pour There will...
Au risque de te décevoir, je ne connais pas trop les Amps...hum ! concernant Kim Deal, j'ai commencé à partir de "Pod". Mais je suis allée voir sur You tube pour écouter les chansons "Pacer" (gentillet) et un live de "Full on idle"...effectivement ça déménage !! sais tu qui sont ces musiciens autour d'elle ? (pas sa frangine en tous cas !) je trouve qu'on retrouve un peu de basse genre Pixies...(même si ce n'est pas elle qui joue). en tous cas on est d'accord sur le fait que Kim Deal mérite d'être reconnue dans la profession en tant qu'excellente bassiste et excellente chanteuse !
Je suis bien contente qu'elle reforme The Breeders. (je n'ai pas réussi à écouter la chanson ! sur leur myspace ce sont des chansons de Last Splash) et j'ai un espoir secret qu'elle passe aux Vieilles charrues, ou route du rock ou peu importe où...
:)

Baccawine 03/03/2008 12:48

The Amps: Kim Deal (guitar/vocals), Nathan Farley (guitar), Luis Lerma (bass), Jim Macpherson (drums), c'est tout ce que je peux te dire, je ne connais pas ces musiciens. Pour "Pacer", K. Deal a écrit tous les textes. (nouveauté puisque Black se chargeait de quasiment tous les lyrics des Pixies). Sinon, je te recommande le site référence des Amps: www.noaloha.com/amps.  Je n'ai encore rien entendu ou lu au sujet d'un concert en France, mais j'esp que tu auras la chance de voir les Breeders. A bientôt

helene 03/03/2008 08:07

Merci pour toutes ces infos ; contrairement à toi j'avais bien aimé Million dollars, ne serait-ce que pour la prestation d'exception d'hillary Swank. Motivée par ce film, j'ai donc voulu louer un DVD d'un film réalisé par Clint, et j'ai choisi (un peu au hasard il faut le dire) "Créances de sang" (je crois que c'est ce titre), j'ai été très déçue ! malgré un scénario qui avait tout pour plaire, je l'ai trouvé pas terro.
donc merci pour ce film, au moins je saurai quoi choisir la prochaine fois...
Merci pour ton commentaire (bon, apparemment je suis une des seules ayant aimé Paris, bon allez j'assume !) quant aux Pixies, je suis une fan, c'est pour moi un des meilleurs groupes de rock, qui a marqué son temps. on ne s'en lasse pas ! (tiens d'ailleurs il faut que j'aille écouter la dernière chansons des Breeders, "Berry")
@ +
helene
Ps : as tu vu "there will be blood" ? il est parait il merveilleux.

Baccawine 03/03/2008 11:51

Salut Hélène, pour répondre à ta question , je n'ai toujours pas vu "There will be blood" , mais j'en attends beaucoup (visionnage prévu fin de semaine). Sinon, que penses-tu de  "The Amps" ? Personnellement, j'aime beaucoup, principalement l'album "Pacer" (1995) qui me me ramène éternellement à mes années lycée ("Full on Idle" et "She's a girl" déchire encore aujourd'hui, ah... Kim Deal...).  Ca n'égale peut-être pas les Pixies (trop dur) mais ça "remue" autant que les Breeders, je pense. J'aurai aimé connaitre ton point de vue de fan. Bisous @+

Pénélope 02/03/2008 14:30

Bonjour !
C'est passionant ! je vais tout faire pour voir ce film car j'adore le jazz mais je ne connais pas bien Charlie Parker.
Bisous,
Pénélope.